Observatoire Théologico-Politique

Tag: Evangile

L’union et la modernité

by Nicolas Robert

Je pars de deux idées sur ce que l’on appelle la « modernité ». Cette notion, je précise, est abstraite, alors qu’elle fait référence à une séquence historique : grosso modo, du tournant des 15e et 16e siècles (la « sortie du Moyen-Age », la « renaissance », les « réformes », les « grandes découvertes », « l’humanisme »). Dans le champ des sciences sociales, la modernité fait référence à un régime de structuration et de compréhension du réel : la « modernité » est dès lors affaire de logique et de langage [i]. Sans compter que les notions que je cite sont chargées d’une forte empreinte idéologique : la modernité dépend d’une certaine idée du progrès, donc d’une philosophie de l’histoire (dont la charge religieuse n’est pas absente, en tant que laïcisation de l’histoire sainte, et de la figure de la « Providence »).

Read the rest of this entry »

“Gouvernance insécuritaire” et la ville : le NYPD en procès

by observatoiretheologicopolitique

Le programme “Stop-and-Frisk” du New York Police Department (NYPD), qui a tant choqué en Amérique, fait l’objet d’un procès retentissant devant une cour fédérale : Floyd, et al. v. City of New York, et al.

Sur le site du Center for Constitutional Rights :

http://ccrjustice.org/floyd

Sur le site de Communities United for Police Reform :

http://changethenypd.org/

Sont en cause les pratiques discriminatoires institutionnalisées d’arrestations musclées pratiquées par le NYPD, de manière quasi-systématique, sur les individus noirs et latinos.

En somme, ce procès pourrait faire jurisprudence, dans un sens comme dans l’autre :

Soit la réaffirmation des droits constitutionnels des individus (Equal Protection Clause du XIVe amendement), mais aussi du primat déontologique sur les impératifs de sécurité.

Soit par la multiplication des actions de prévention de type policier, celle-ci requérant logiquement certaines formes de répression.

Par exemple :

-stigmatisation croissante de groupes particuliers ;

-mais aussi de comportements particuliers (suspicious behavior)

-accroissement des mesures de zoning et de quadrillage territorial ;

-entrisme policier dans les groupes violents qui, dans un contexte pré-insurrectionnel, nécessite collusion et collaboration avec certains groupes ;

-difficultés croissantes à distinguer entre la sphère militaire et la sphère policière ;

-accroissement des ressources technologiques civiles et militaires (cameras, drones).

Il n’y a pas lieu de louer le prétendu “libéralisme” de nos sociétés qui, de démocratiques, penchent aujourd’hui pour l’autoritarisme.

La “ville” est devenue progressivement le paradigme d’une nouvelle forme de “guerre” et de délinquance, qui a une valeur symbolique en soi. Protéger la “ville”, c’est protéger le pouvoir : il y a là une image de nature impériale qui doit être collée sur la réalité sociale, pour sciemment la déformer. La “ville”, c’est l’urbs, alter-ego de l’orbs : le siège, le centre, le coeur du système.

On va le répéter : l’Evangile, c’est l’antidote pour toute intoxication de ce type. C’est le rejet de l’Empire, comme de toute image impériale.

Ces images et emblèmes masquent la réalité, ils la travestissent ; ils bloquent la pensée, et interdisent de trouver d’authentiques solutions aux problèmes.